sexualité et Diabète

Publié le par pilou

Voici une étude sur les rapports entre les taux de Testostérone et la prévalence du diabète dans une population donnée...en gros chez un homme il vaut mieux etre bien "dosé" et chez la femme il vaut mieux qu'elle n'en présente pas trop(ouf)...article très intéressant!

bonne lecture

pierre-franck

La concentration plasmatique des stéroïdes sexuels pourrait moduler le risque de diabète de type 2.
Ding EL et al. Sex differences of endogenous sex hormones and risk of type 2 diabetes. JAMA 2006 ; 295 : 1288-1299.
Pr Philippe Chanson.
Plusieurs études ont fait état de résultats discordants concernant le rôle éventuel d´une hyperandrogénie dans l´apparition d´un diabète de type 2 chez la femme alors que cette hyperandrogénie diminuerait le risque de diabète de type 2 chez l´homme. Afin de mieux comprendre l´association entre les concentrations plasmatiques de testostérone, de SHBG et d´estradiol et le risque de diabète de type 2, des auteurs américains ont fait une méta-analyse de plusieurs centaines d´articles où ces données étaient disponibles. 43 études prospectives ou transversales ont été identifiées, comprenant plus de 6900 femmes et plus de 6400 hommes. Les résultats ont été poolés. Les études transversales montrent que les concentrations de testostérone sont significativement inférieures chez les hommes ayant un diabète de type 2 (différence moyenne –0.7 ng/ml, IC 95 % -0.9/-0.5) et supérieures chez les femmes diabétiques de type 2 (différence moyenne 0.6 ng/ml, IC 95 % 0.2-0.1) en comparaison des témoins. De la même façon des études prospectives montrent que les hommes ayant des concentrations de testostérone supérieures (entre 4.5 et 6.5 ng/ml) ont un risque de diabète de type 2 inférieur de 42 % (RR = 0.58, IC 95 % 0.39-0.87) alors que la testostérone semble augmenter le risque chez les femmes (p = 0.06). Des études transversales et prospectives montrent que la SHBG est plus protectrice chez les femmes que chez les hommes (p < 0.01 pour la différence entre les sexes) alors les études prospectives montrent que les femmes dont les concentrations de SHBG sont les plus élevées (> 60 nmol/l) ont un risque de 80 % inférieur de diabète de type 2 par rapport aux femmes dont la SHBG est plus basse (£ 60 mmol/l) (RR = 0.20, IC 95 % 0.12-0.30). Chez les hommes dont les concentrations de SHBG sont plutôt élevées (> 28.3 vs £ 28.3 nmol/l) le risque de diabète de type 2 est, au contraire, inférieur de 52 % (RR = 0.48, IC 95 % 0.33-0.69). Les concentrations d´estradiol étaient élevées chez les hommes et chez les femmes ménopausées diabétiques en comparaison des témoins.
Les concentrations de stéroïdes sexuels endogènes pourraient donc moduler de façon différente le statut glycémique et le risque de diabète de type 2 chez les hommes et chez les femmes. Des concentrations élevées de testostérone seraient associées à un risque supérieur de diabète de type 2 chez les femmes mais à un risque inférieur de chez les hommes.

source:Site Egora.fr

Publié dans diabète et podologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article