Une technique reposant sur les infrarouges pour assurer la prévention de la récidive des maux perforants plantaires chez les sujets à haut risque

Publié le par pilou

       Encore une étude américaine qui pourrait s'avérer bien utile pour la prise en charge des patients diabétiques à haut risque de complications cutanées et notamment pour récidives de maux perforants plantaires....et en premier lieu d'une utilité toute particulière pour les patients qui ,comme pour le fonctionnement du stylo-glycémie, pourraient se surveiller de manière beaucoup plus objective qu'au préalable afin de prévenir l'apparition de ces lésions...

bonne lecture

Une technique reposant sur les infrarouges pour assurer la prévention de la récidive des maux perforants plantaires chez les sujets à haut risque

Lavery LA et al. Preventing diabetic foot ulcer recurrence in high-risk patients : Use of temperature monitoring as a self-assessment tool. Diabetes Care 2007 ; 30 : 14-20.
Pr Philippe Chanson
La neuropathie sensitive est souvent un des problèmes cruciaux dans le développement des maux perforants. En effet, la douleur qui est un des meilleurs signes d´alerte n´est pas déclenchée chez beaucoup de patients ayant une neuropathie diabétique qui peuvent donc supporter une lésion sans se rendre compte de rien. Afin d´essayer de repérer plus précocement une simple inflammation non douloureuse qui pourrait constituer un signe d´alarme d´une future lésion du pied, un groupe américain a monté une étude multicentrique randomisée durant 15 mois, au cours de laquelle 173 sujets ayant des antécédents de lésion du pied diabétique étaient assignés soit à une prise en charge habituelle, soit à un examen structuré du pied, soit à un groupe de traitement renforcé. Chaque groupe recevait une éducation sur le pied et les soins habituels. Les sujets dans le groupe d´examen structuré du pied devaient inspecter leur pied de manière quotidienne en suivant un certain nombre d´étapes et devaient noter ce qu´ils avaient observé dans un carnet. Si les patients sous traitement standard ou sous examen structuré du pied identifiaient une anomalie, ils devaient immédiatement contacter l´infirmière responsable de l´étude. Dans le groupe de traitement renforcé, les patients disposaient d´un thermomètre infrarouge cutané pour mesurer la température sur 6 points au niveau de leur pied chaque jour. A chaque fois qu´une différence de température dépassait 2,2° entre les sites du pied droit et du pied gauche, les patients devaient contacter l´infirmière de l´étude et diminuer leur activité jusqu´à normalisation des températures.
Dans le groupe sous traitement renforcé, utilisant la mesure de la température cutanée, le nombre de lésions du pied observées a été inférieur à celui du groupe de traitement standard ou du groupe d´examen structuré du pied (8.5 vs 29.3 % dans le groupe standard et 30.4 % vs l´examen structure du pied. Les patients dans le groupe du traitement standard ou l´examen structuré du pied avaient plus de 4 fois plus de risques de développer une lésion du pied que les patients appartenant au groupe de traitement renforcé avec utilisation d´une mesure de la température cutanée infrarouge.
Cette méthode peut donc servir de signe d´alerte précoce, utile dans la prévention de la récidive des lésions du pied diabétique.

Publié dans diabète et podologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article