Golf et Podologie

Publié le par pilou

  Voici un petit résumé du(des) champs d'action du Podologue du sport dans la prise en charge du golfeur....(ou de la golfeuse!!!) issu du mémoire de recherche en Podologie sportive de M Vincent Ansel, Podologue du sport et membre de Podo'xygène....

 

Golf et podologie

« Le golf ? Une marche de 10 km ponctuée de déceptions ». Ce proverbe résume à lui seul l’importance de la podologie dans la pratique de ce sport. En effet, les longues promenades sur le parcours et les swing répétés (avec l’importance des appuis) font appel à un « accessoire » indispensable à tous les golfeurs : le pied, qui en cas de dysfonction pourra effectivement être la cause d’un swing défaillant, d’un putt mal équilibré et de douleurs dans l’ensemble de l’appareil locomoteur. Ainsi, toute anomalie de morphologie et/ou de fonction du pied et des étages sus-jacents peut avoir des conséquences importantes en «polluant » le mouvement du sportif, d’où les déceptions ponctuelles sur un parcours.

  

Le membre inférieur et à fortiori le pied s’avère être un outil essentiel pour le golfeur, aussi bien pour adopter une posture correcte et stable lors du stance que pour permettre un swing harmonieux et fluide mais également pour déambuler sur le parcours. La recherche du swing idéal avec des appuis au sol parfait doit passer par une analyse posturale, une analyse des appuis au sol et une analyse des articulations concernées par un podologue du sport.

Ainsi, nous vous proposons succintement ici une approche podologique du golf, sport dans lequel les joueurs sont bien conscient de l’importance des appuis, de la souplesse musculaire, de l’équilibre et d’une posture parfaite pour s’améliorer et qui pourtant délaissent bien souvent l’analyse de tout ceci par un podologue du sport.

  • Pathologies fréquemment rencontrées:

 

La pratique régulière d’une activité sportive expose l’organisme de part l’intensité et la répétition des contraintes (ondes de choc, vibrations, structure du terrain,…) à des troubles musculo-squelettiques (muscles, ligaments, articulations,…) et peut devenir source de pathologies des membres inférieurs et du rachis.

Ces pathologies concernent aussi bien le swing que celles que l’on peut retrouver lors de la marche. En effet, lors d’un parcours complet, le golfeur va non seulement réaliser plus de 50 fois son swing (sans compter les coups d’essais et les heures passées sur le practice) mais aussi une marche de 8 à 12 km sur un terrain bien souvent vallonné et accidenté.


Les pathologies rencontrées seront principalement :

- au niveau du pied et de la cheville des tendinites d’Achille, des aponévrosites plantaires, des fractures de fatigue des métatarsiens, des entorses de cheville ou médio-tarsienne ou encore des sésamoïdites (douleurs au niveau de la zone pivot sous l’avant-pied). On retrouvera également différentes pathologies cutanées et unguéales à savoir les mycoses cutanées (appelées athletic foot) et les mycoses unguéales, les phlyctènes ( = ampoules), les kératomes ( = cors) et hyperkératoses ( = duretés) pouvant entraîner des métatarsalgies (douleurs sous l’avant-pied), les hématomes sous-unguéaux et enfin les bursites inter-capitométatarsiennes et le syndrome de Morton (pathologie plutôt de type névralgique).

- aux étages supérieurs on retrouvera tous les types de tendinites notamment du tendon rotulien et des adducteurs de la jambe arrière, des périostites tibiales ou encore des douleurs méniscales.

  • L’intervention du podologue du sport :

Le podologue du sport saura sans nul doute intervenir sur ces différentes pathologies citées ci-dessus mais également participer à la réalisation d’un meilleur swing. La consultation de podologie devra comprendre :

- un examen biométrique des amplitudes articulaires du membre inférieur, notamment des articulations de la cheville et de la hanche, véritables pivots du swing.

 

- un examen des éventuelles surprogrammations de certaine chaîne musculaire, notamment les muscles posturaux, allant à l’encontre du swing idéal. Par exemple, il est intéressant de noter que la rétraction d’une chaîne musculaire croisée postérieure entraînera bien souvent du hook ou du slice.

- un examen postural (et des différents capteurs de l’équilibre) ainsi que certains tests afin de déceler d’éventuel blocage articulaire. En effet, certains troubles statiques des membres inférieurs comme la présence de genu varum ou valgum, des troubles de torsion des membres inférieurs ou tous problèmes de bon positionnement du bassin aura une incidence sur la mobilité de la hanche et donc directement sur l’amplitude et la réalisation du swing. Ces défauts de rotations de hanche devront alors être récupérés au niveau des autres zones pivots et pourront alors créer des blessures (et ce principalement au niveau de la charnière dorso-lombaire ou du genou).

- une analyse vidéo de la marche et du swing (couplée à un logiciel spécifique) qui permettra d’analyser le geste avec précision et de mieux comprendre l’origine mécanique de la pathologie.

- éventuellement une analyse des appuis sur plate forme de pression.

  • Traitements podologiques :

 

- Tout d’abord, le traitement consistera bien entendu à corriger les diverses déviations stato-dynamiques des pieds, des genoux et du bassin observées lors de l’examen clinique (à la marche et lors de l’exécution du swing) grâce à une paire d’orthèse plantaire thermoformée sur-mesure adaptée au golf.

Elle visera à limiter les mouvements excessifs des pieds et de l’ensemble des membres inférieurs, à redonner un appui stable pour adopter un stance correct et équilibré et à replacer chaque articulations du membre inférieur en position neutre, utile aussi bien lors du swing que du putt. Cette orthèse plantaire apportera de plus confort dans la chaussure, équilibre et répartition des appuis.

- D’autre part, le traitement passera également par un bilan ostéopathique en association avec le bilan podologique afin de lever d’éventuel blocage articulaire.

De plus, en cas de spasme de certain muscle, le golfeur pourra suivre des séances de posturothérapie (thérapie manuelle qui a pour but de diagnostiquer et de traiter par inhibition musculaire et reprogrammation articulaire les déséquilibres posturaux qui participent à la naissance des symptômes douloureux et dégénératifs). Ces séances serviront à améliorer la performance musculaire, à prévenir et guérir des douleurs ou des blessures, permettront une augmentation d’amplitude de certaine articulation et une correction posturale en association avec les semelles.

- En ce qui concerne les douleurs cutanées, le traitement consistera en un soin réalisé par le podologue (ablation des kératomes et hyperkératoses, ponction des hématomes sous-unguéaux, etc…) en cabinet ou en compétition. De même, la mise en place d’un straping ou d’un padding servant à protéger certaines zones de frottement se fera sur place et permettra au joueur de poursuivre son tournoi dans de bonnes conditions.

  • Conclusion :

 

Il nous semble que l’examen du golfeur chez un podologue est complémentaire de toutes les autres analyses réalisées par les professionnels du golf, et notamment des différentes mesures prise lors du fitting qui, aussi bon soit-il, ne s’occupe finalement pas des appuis au sol et des déviations pathologiques des pieds, des genoux, du bassin ou des épaules. Ainsi, les mesures effectuées et les clubs réalisés le seront sur un golfeur n’ayant pas corrigé ses problèmes de posture liés à un mauvais positionnement articulaire ou à des rétraction musculaires qui créent immanquablement hook , slice ou autres irrégularités du swing. On conforte donc ici le golfeur dans son déséquilibre.

Le podologue apparaît alors comme un allié essentiel du golfeur et de la golfeuse, quelque soit leur niveau, en permettant tout d’abord de prévenir ou guérir les pathologies du pied et du membre inférieur mais également en apportant une optimisation du swing, une stabilisation de l’appui au sol indispensable à un stance équilibré et à un bon transfert de poids.

La consultation chez un podologue du sport pour un bilan complet devrait donc être primordiale pour le golfeur soucieux de sa posture, de ses appuis et de l’évolution de son swing et de son putt, et indissociable du travail de fitting et de l’entraîneur.

 

 

 

« Le

Publié dans podologie sportive

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article